Souhaitez-vous obtenir de plus amples renseignements sur votre jardin?

Vous avez déjà un compte MonJardin.org? Connecter

Sureau, auberge de charme pour jardin

Sambucus nigra, Sambucus racemosa

par La Plante Du Mois • 28,Octobre 2019

Vous rêvez d'un jardin au naturel ? Vous avez décidé de transformer votre espace nature citadin en oasis de biodiversité ? N'hésitez plus ! Redécouvrez le sureau ! Cette plante autrefois si connue pour ses vertus protectrices, médicinales, tinctoriales, culinaires…fait toujours montre de fort précieuses qualités. Feuillages intenses, lumineux, panachés, laciniés ou plumeux, floraisons crémeuses ou rosées, fructifications automnales généreuses, le sureau est en outre très facile à vivre. Par-dessus tout, il joue à lui seul l'auberge de campagne, offrant gîte et couvert aux fauvettes, rouges-gorges, papillons et autres petits habitants. Le sureau revisité  deviendra  en quelques saisons le pôle d’attraction favori de toute la famille. Adoptez-le sans hésiter !

On aime surtout

La beauté de son feuillage
Sa floraison généreuse souvent parfumée
Sa belle fructification automnale
Sa croissance rapide
Sa grande facilité de culture
Sa bonne santé naturelle
 
Ses plus belles scènes de saison
 
Au sein d’une haie variée
En bosquet avec d’autres arbustes attirant les oiseaux
En toile de fond d’un massif de vivaces et de rosiers
A mi-ombre avec des arbustes de terre de bruyère
Conduit en petit arbre
 

Il apprécie

Un sol frais et fertile mais s’accommode de toutes les terres !
Le soleil et la mi-ombre
Une taille du vieux bois tous les 2-3 ans
 

Il craint

La sécheresse le premier été
 

Ses plantes amies

Les arbustes à fleurs de printemps : arbre de Judée, deutzia, lilas, seringat, spirée, weigelia
Les rosiers arbustes anciens, anglais ou "paysage"
Les hydrangeas
Les vivaces de haute stature : aconit, aster, campanule, delphinium, lupin…sans oublier les grandes graminées.
 

Le conseil du pépiniériste

Vérifiez que la plante n’a pas trop attendu dans son conteneur en regardant les racines. La croissance vigoureuse du sureau fait qu’il s’impatiente vite dans un pot trop petit et a tendance à faire un chignon de racines.

Cet arbuste a plus d’un tour dans son sac

Son feuillage est certes caduc mais il se déploie tôt au printemps. De gros bourgeons gonflés de sève font place à des grandes feuilles composées de 5 à 7 folioles. Elles sont remarquables par la beauté de leurs coloris (vert foncé, doré, bronze, panaché ou pourpre tirant presque jusqu’au noir) ou la finesse de leur découpe digne des plus belles dentelles. Les feuillages aux tons pourpres permettent de donner du relief et de jouer les contrastes alors que les teintes dorées sont parfaites pour illuminer les coins un peu sombres.

Sa floraison généreuse et souvent parfumée (chez S.nigra) se déploie en juin en larges corymbes blanc pur, crème, abricot ou rosés selon les variétés. La  fructification automnale presque noire ou rouge selon l’espèce prolonge l’intérêt du sureau. Attention seul S.nigra est comestible (baies à consommer cuites).

Sa silhouette arrondie, floutée constitue un fond de massif parfait, un élément incontournable des haies mélangées dans un jardin de campagne ou un jardinet citadin car il supporte bien la taille qui le ramène à des volumes modestes. Son écorce crevassée et liégeuse lui donne une patine, une maturité même dans son plus jeune âge. Son enracinement plutôt pivotant permet de planter sous sa couronne.

Sa croissance rapide offre au jardin un air mature en seulement deux ou trois ans. L’arbuste protège ainsi rapidement contre les courants d’air ou les rayons du soleil. Près de la maison, il permet de créer des espaces d’intimité.

Il plait à tous…
Au jardinier par sa facilité, sa rusticité et sa rapidité de  culture.
A l’écolo qui  s’en sert pour fabriquer un purin insecticide ou répulsif et activer le compost.
Au gourmand car le sureau noir produit des fleurs ou des baies permettant de confectionner des recettes surprenantes et savoureuses.
Au collectionneur avide de plantes peu courantes.
A l’enfant qui va s’en amuser.
Aux insectes butineurs, aux papillons, aux oiseaux…

… stimule les sens 
La vue évidemment avec son  feuillage, sa floraison et sa fructification remarquables. 
Le toucher, comme il est agréable de caresser ses corymbes vaporeux ou ses feuilles évoquant dentelles légères ou plumes aériennes.
L’odorat avec son doux parfum de miel.
Le goût avec ses fleurs et ses baies cuisinées.
L’ouïe si on joue avec ses tiges creuses.



Réactions

Il n'y a pas encore de réaction.

Connectez-vous pour placer une réaction