MonJardin.org
Souhaitez-vous recevoir des informations personnalisées sur votre jardin?
Vous avez déjà un compte MonJardin.org? Connecter
Inscrivez-vous gratuitement !

Les plus belles viornes du printemps

Vue 1306 fois
par Colour your Life • 8 mai 2015

Le Saviez-Vous ?

Les viornes sont de merveilleuses auberges pour les oiseaux qui y trouvent le gîte et le couvert … Pensez-y pour inviter la vie dans votre jardin !

Comme le Yin et le Yang, les viornes printanières offrent deux facettes complémentaires. C’est au cœur du printemps que l’on peut apprécier la première lorsque les arbustes se couvrent de grosses inflorescences crémeuses si bien assorties aux teintes encore tendres du jardin. L’effet est élégant, raffiné voire sophistiqué. La beauté est lumineuse, fraîche et pleine de tendresse.

Tout autant que cette floraison spectaculaire qui dure des semaines, c’est le graphisme des viornes qui constitue leur autre attrait majeur : graphisme des silhouettes, tout en rondeur pour les viornes « Boule de Neige », mais surtout architecturé en étages pour les viornes asiatiques soufflant un air de modernité au jardin ou à la terrasse. Cette ramure étalée et curieusement étagée est rare dans le monde végétal. Elle rappelle les jardins japonisants et les arbres taillés en nuage. Même les fleurs arrangées en corymbes arrondis ou en en larges ombelles plates évoquent des matières structurées comme des flocons de neige, de la dentelle, du pop-corn…

En automne, les viornes se font de nouveau remarquer : leur feuillage parfois plissé ou gaufré (V. plicatum) prend alors des teintes pourprées très chaleureuses, pleines de vitalité en harmonie avec l’embrasement de la nature alentour. Des baies dorées, rutilantes ou noires attirent les oiseaux accentuant les impressions de vie intense. Inutile d’attendre l’automne pour la fructification, dès la fin de la floraison et parfois en simultané, les baies se forment, se colorent et évoluent au fil de l’été.

Des talents à revendre

Les viornes printanières sont indéniablement de précieuses alliées du jardinier moderne à qui elles offrent leurs silhouettes graphiques, leurs floraisons printanières qui se prolongent parfois en été (voir portraits de famille), leurs beaux feuillages à qui on pardonne d’être caducs, leurs fructifications abondantes. Ces arbustes contribuent à la biodiversité en attirant au printemps les papillons et les abeilles et en automne, les oiseaux avides de leurs fruits.

Elles nous font voyager : tout près, nous rappelant les lisières de nos campagnes, mais aussi sous d’autres cieux comme l’Asie dont la plupart sont originaires.
En pratique, elles permettent de répondre à une problématique courante : « comment fleurir en beauté la mi-ombre ? ».
Un atout de plus et pas des moindres : ces arbustes de culture facile sont rustiques, se passent de taille et se montrent peu sensibles aux maladies et aux parasites.
Les dimensions réduites de certains cultivars permettent même de les accueillir en bac !
Et n’oubliez pas : mai est le mois des mamans. Une viorne de printemps constitue un cadeau végétal qui sort de l’ordinaire ! 

Votre coach paysagiste vous conseille

On peut tout à fait planter la viorne printanière en isolé surtout quand elle a une silhouette architecturée comme V. plicatum. Inutile de penser à un fond de décor, les fleurs et les fruits sont valorisés par le feuillage de l’arbuste.
Elle s’intègre aussi à merveille dans les massifs de vivaces et dans les haies variées. Là, on n’oublie pas de lui laisser de la place pour s’étaler. La grande famille des viornes permet des fleurs, des fruits, des feuillages et des parfums aux quatre saisons. Une haie mélangée peut contenir plusieurs viornes printanières mais aussi persistantes, à floraison hivernale…car elles revêtent des aspects très différents.
L’association de la viorne est aisée, la couleur blanc-crème de ses fleurs sied à beaucoup de végétaux ! C’est à exposition tamisée qu’elle fait le plus d’effet : ça tombe bien, c’est l’exposition qui lui convient le mieux.
Elle contribue à créer des ambiances très variées : champêtre, romantique, zen, contemporaine…On peut jouer la carte de la modernité en l’associant avec d’autres plantes graphiques : amples et étagées pour faire écho ou verticales et élancées pour le contraste. Le mariage ‘très tendance’ ces dernières années avec des graminées se révèle surprenant mais de toute beauté (on veillera à conserver la fraîcheur du sol pour les viornes sans trop arroser les graminées !).
Côté couleurs, les beaux mariages se font avec le vert tendre ou acide (feuillages et fleurs), les teintes pastel, les couleurs froides (bleu, violet, mauve, rose fuchsia). Evitez les couleurs crues et les contrastes agressifs (jaune vif, rouge, orange..). La vision des viornes « repose les yeux » des yeux. Jouez plutôt avec la lumière dans un esprit d’éclairage de l’ombre en utilisant la palette des blancs, des dorés ou des panachés.

Les plantes compagnes

  • Les autres belles silhouettes : Cornus controversa, Acer palmatum, bambous, Melianthus major, verveines de Buenos Aires, grands alliums (ou ciboulette en bac), Eremurus, Iris sibirica, asphodèle.
  • Les feuillages dorés : physocarpus, spirée, sureau, seringat.
  • Les « vertes » : Aléchmille, buis en topiaire, euphorbes, fougères, Hebe, hostas…
  • Les fleurs romantiques : azalées, rosiers anciens, « paysage » ou lianes, hortensias pour effet de ressemblance…
  • Les fleurettes « faire-valoir » : ancolies, centaurées de Montagne, géraniums vivaces, myosotis, pulmonaires, symphitum
  • Pour prolonger l’attrait pendant le creux estival : clématites à petites fleurs plantées au pied.
  • Pour l’automne : grands sédums, asters blancs buissonnants, graminées, anémones du Japon, arbustes à beaux feuillages d’automne (cotinus, érables, parrotia, prunus) ou à fruits (callicarpa, leycesteria, symphorines)… 

Réactions

Il n'y a pas encore de réaction.

Connectez-vous pour placer une réaction