Souhaitez-vous obtenir de plus amples renseignements sur votre jardin?

Vous avez déjà un compte MonJardin.org? Connecter

Le potager perpétuel en permaculture

par L'Esprit Jardin • 7,Novembre 2015 Suivez L'esprit Jardin

​Pour en savoir plus, plongez-vous dans la lecture de L’Esprit Jardin !

Nous passerons en revue les légumes vivaces, leurs associations et les parties consommables de chacun. En guise de mise en bouche en voici quelques exemples : l’ail rocambole, le cardon, le chou vivace de Daubenton, l’oseille, la roquette vivace, l’ail éléphant, les crosnes, les poires de terre Cochet…
Très bon article que nous propose Luc Koeding, arboriculteur fruitier, dans les numéros d’octobre 2015 (n°10) et novembre 2015 (n°11) à propos du potager perpétuel. Belle formule qu’il nous propose de découvrir. Aux dires de certains, la permaculture permettrait de ne rien faire d’autre au potager que de récolter. Celle-ci serait donc aussi propice à la sieste !

Or, cette croyance fait l’impasse sur la mise en place des projets permacoles. Pourtant, plusieurs saisons vont s’écouler entre la conception et une récolte abondante.
En effet, les professionnels en permaculture travaillent souvent leurs terres depuis de nombreuses années : leurs cultures et élevages ont été confrontés à la pratique et ajustés aux besoins de chacun.

Un des principes de la permaculture est de préserver l’environnement et simplifier les tâches quotidiennes du jardinier.

Un exemple : arracher une « herbe vagabonde » au milieu des légumes et la laisser sur place plutôt que de la composter au fond du jardin s’avère utile pour le sol et demande moins d’effort.
Un contre-exemple : le bêchage annuel du potager, une pratique « virile » s’apparentant plus au masochisme qu’au jardinage. En effet, comment considérer autrement ce travail qui consiste à retourner chaque année des tonnes de terre à la main en perturbant chaque fois l’équilibre du sol ? Joindre l’inutile au désagréable…

Un potager de légumes vivaces constitue une solution durable, à condition de prendre en compte leurs besoins et de bien connaître leurs qualités. Ce coin de potager ne fournira peut-être pas le repas quotidien du jardinier, mais il agrémentera ses menus de certains légumes rares et enrichira ainsi la diversité dans son assiette.


Réactions

Il n'y a pas encore de réaction.

Connectez-vous pour placer une réaction