MonJardin.org
Souhaitez-vous recevoir des informations personnalisées sur votre jardin?
Vous avez déjà un compte MonJardin.org? Connecter
Inscrivez-vous gratuitement !

Le palmier, cadeau des dieux... et plus résistant au froid qu’on ne le croit !

Vue 4160 fois
par La CommVerte • 10 Juin 2016

Evoquant la chaleur des oasis ou celle des plages tropicales, les palmiers ne sont pourtant pas réservés aux climats chauds et de nombreuses variétés résistent parfaitement au froid modéré. Arbre d’une grande élégance, le palmier campe à lui seul une ambiance exotique ou méditerranéenne, il est parfait aussi dans un jardin contemporain. 

Un arbre, cadeau des dieux Il sait tout faire !

Considérés par les sumériens comme des « cadeaux des dieux pour l’humanité », les palmiers fascinent l’homme depuis des millénaires. Très présents dans les différents mythes fondateurs, les religions, les arts et même emblèmes sur certains drapeaux, ils allient le beau et l’utile.
Dans leur environnement naturel, les populations locales ont su valoriser chacune de leurs parties. Des principes actifs thérapeutiques sont extraits des racines. Le tronc, ou plutôt le stipe, participe à la construction de mobilier ou de canalisations tandis que ses fibres tressées sont transformées en cordages. Les lianes de certains palmiers tropicaux, les rotangs, fournissent le fameux rotin.

Les grandes palmes permettent de couvrir les toits ou de tresser des chapeaux, des paniers et des éventails. Leurs folioles peuvent servir de liens, constituant le populaire raphia.
La sève est transformée en miel, en vin ou en alcool. Les fruits servent à produire du sucre, des boissons (eau et lait de coco), des noix et surtout des huiles (huile de palme, de coprah) extraites de la pulpe ou des amandes qu’ils contiennent. Certaines graines se métamorphosent en véritable ivoire végétal. Sans oublier les cœurs de palmiers délicieux en salade !

Décor de cinéma

Dans le décor du jardin ou de la terrasse, l’impact visuel des palmiers est fort. Ils évoquent la côte d’Azur mais aussi des contrées plus exotiques comme une forêt tropicale ou une oasis luxuriante... Un voyage à lui tout seul ! 

 

On les croit réservés aux jardins du midi. Détrompez-vous : leur grande diversité et leur facilité de culture en pot permettent de les accueillir partout. Savez-vous qu’il existe des palmiers qui peuvent s’acclimater à tous les climats du territoire (hors climat montagnard) ?

Craquez pour un palmier, offrez-vous ce plaisir, au jardin ou en pot !

Les bonnes idées du paysagiste

Les palmiers méritent une place de choix au jardin ou sur la terrasse. Ils se montrent parfaits pour marquer un lieu stratégique, un coin détente, repos ou repas qu’ils signent de leurs silhouettes graphiques.

Ils réchauffent et personnalisent le décor permettant de créer une ambiance méditerranéenne ou exotique. Par les jeux de feuillages (formes, textures, taille, coloris), ils contribuent au jardin sensuel où vue, toucher, ouïe sont tour à tour stimulés.

Les palmiers participent également avec bonheur à des atmosphères minimalistes très en vogue dans les jardins contemporains. Leur beauté nette et intemporelle est un repos pour l’œil et se marie bien avec des lignes épurées.

Avec le vert, tout est permis ! Les mariages avec toute la gamme chromatique sont possibles. Les coloris vifs (rouge, orange, jaune) vont amplifier la connotation chaleureuse du palmier tandis que les teintes pastel conféreront élégance et discrétion à l’ensemble.

Le palmier peut se suffire à lui-même pour offrir la note végétale à une terrasse. Il s’associe aussi bien avec du bois, de la terre cuite qu’avec du minéral (dallages, pavés, galets, graviers) ou de l’eau.

Et n’hésitez pas à marier les palmiers entre eux, ils vont si bien ensemble !

Les meilleurs compagnons des palmiers

Décor moderne : agapanthe, bambou, buis taillé, cordyline, gaura, graminées (petites et grandes), phormium, verveine de Buenos Aires...
Décor luxuriant : arum, bananier, bidens, colocasia, dahlia, fuchsia, hosta, fougère, pélargonium, pétunia...

Décor méditerranéen : agave, agrume, ciste, jasmin, laurier-rose, lagerstromeia, lavande, lavatère arbustive, olivier, Plumbago capensis, romarin, thym, yucca...

4 mises en scène de rêve, faciles à réaliser 

En vedette : un palmier supportant la sécheresse (Chamaerops humilis, Ch. Cerifera ou Phoenix) Plantes compagnes : 2 pots de lavande à fleurs bleues, 1 agave (ou 1 Yucca filamentosa), 2 godets d’Euphorbe characias, 3 godets de sédums et 3 godets de népétas. 

C’est près d’une chaise longue sur la terrasse ou dans le jardin que cette composition trouve parfaitement sa place. En pots ou en pleine terre, les plantes choisies sont un vrai plaisir pour les yeux et le nez (lavande, népéta) en demandant un entretien très minime. Les coloris gris bleuté des feuillages ou des floraisons incitent au repos et la rêverie. Un paillis minéral peut venir renforcer l’esprit de simplicité tout en supprimant la corvée de désherbage ou de tonte.

Palmier et modernité

En vedette : un palmier de taille réduite ou à croissance lente. (Chamaerops, Butia ou Trachycarpus wagnerianus).
Plantes compagnes : 1 gros pot d’agapanthe, 2 pots de graminées (type Pennisetum ou Miscanthus), 1 bambou à tiges noires ou dorées.

Déclinable en ville dans un petit jardin ou sur une terrasse, cette scène reflète l’urbanité ambiante en offrant la part belle à l’architecture, aux lignes pures et aux coloris sobres du lieu, des contenants et des végétaux. Nul besoin de multiplier le nombre de plantes pour obtenir un impact visuel fort. Le palmier seul peut même suffire si un bassin ou un point d’eau agrémentent le lieu ! Les graminées et les bambous apportent une verticalité tandis que les ombelles de l’agapanthe donnent une dynamique fleurie et éphémère à la beauté permanente des feuillages.

Evasion Côte d’Azur

En vedette : 2 palmiers, un à palmes en éventail (Trachycarpus), l’autre à palmes pennées (Butia) Plantes compagnes : 1 agrume (citronnier ou calamondin), 1 Plumbago capensis, 1 jasmin étoilé, 1 pélargonium à fleurs blanches, 1 potée de liseron de Mauritanie (Convolvulus mauritanicus).

Le mariage Palmier, Méditerranée est une évidence, les associations autour de cette thématique sont toujours réussies. Terrasse baignée de soleil, façade sud de la maison...profitez de ces micro- climats pour créer un coin d’évasion et de détente et pourquoi pas pour donner un air de vacances au coin repas. Palmier, fruits du soleil, floraisons généreuses et parfumées mais aussi potées de terre cuite, paillis en brique, vélum en toile, table et chaises colorées...faites preuve d‘imagination pour réchauffer vos soirées d’été.

Tropical garden

En vedette : un ou plusieurs palmiers (si place et budget !) appréciant un sol frais et la mi-ombre (Trachycarpus, Chamaerops ou Butia)
Plantes compagnes : 1 bananier (Musa basjoo) 1 Colocasia, quelques bulbes de dahlias rouge vif ou orangées, 1 fuchsia à fines fleurs rouges, 2 pots de hostas à grosses feuilles, des bambous.

Le maître mot de cette scène est luxuriance. Elle est inspirée de l’Exotic Garden de Great Dixter (GB). Un patio ou une terrasse à ensoleillement tamisée peuvent accueillir ce petit jardin tropical. Le palmier va se fondre dans cette jungle miniature faisant la part belle aux jeux de feuillages avec le bananier, le colocasia, les hostas ou pourquoi pas toutes les plantes d’intérieur de la maison qui prennent leurs quartiers d’été à l’extérieur. Les fleurs éclatantes des dahlias et des fuchsias vont contraster en beauté avec ce camaïeu de verts. 

 

7 gestes simples pour ne pas se tromper:

  1. Choisissez une espèce adaptée à votre climat (demandez conseil à votre pépiniériste).
  2. Plantez votre palmier plutôt en fin de printemps ou début d’été.
  3. Choisissez bien son emplacement: au soleil non brûlant (parfois mi-ombre), dans un sol bien drainé en hiver, à l’abri des courants d’air froids. Cuvette d’arrosage et tuteurage des grands sujets.
  4. Arrosez régulièrement toute l’année (hors période de gel). Les palmiers en pot auront besoin d’arrosages copieux et fréquent.
  5. Fertilisez pendant la phase de croissance (printemps, été)
  6. Pour la taille, supprimez seulement les palmes sèches.
  7. En hiver, protégez le bourgeon terminal avec un voile de forçage. Paillez la souche pour protéger. 

 

Réactions

Il n'y a pas encore de réaction.

Connectez-vous pour placer une réaction