MonJardin.org
Souhaitez-vous recevoir des informations personnalisées sur votre jardin?
Vous avez déjà un compte MonJardin.org? Connecter
Inscrivez-vous gratuitement !

Lapins et lapereaux : un petit élevage chez moi !

Vue 783 fois
L'esprit Jardin par L'Esprit Jardin • 3,Mars 2016 Suivez L'esprit Jardin

Les impacts de la viande du lapin sur la santé sont en partie attribuables aux acides gras qu’elle contient. D’ailleurs, une étude a démontré que les lipides extraits de la viande de lapin présentent une quantité deux fois plus importante d’acides gras capables de diminuer le cholestérol sanguin que celle des acides gras qui l’augmentent. Ce résultat permet d’affirmer que l’effet hypocholestérolémiant des lipides de la viande de lapin est supérieur à celui des autres viandes.

La période de transition entre le régime lacté et le régime végétarien est extrêmement délicate pour le lapin, car son système digestif a besoin d’une transition lente pour fonctionner correctement.

Le sevrage ne se fait pas en 1 jour à la fin du second mois : il se prépare dès l’introduction du foin, puis des granulés et des légumes et ne se termine qu’avec la suppression du lait maternel.

D’importants changements surviennent en effet dans l’intestin, ce qui, dans des conditions idéales, permet le développement de la flore bactérienne, indispensable à la survie des lapereaux.

Il faut choisir très attentivement le premier aliment que l’on administre aux petits parce qu’une mauvaise décision peut leur causer de graves troubles intestinaux qui entraînent parfois leur mort.

Les granulés constituent l’aliment le plus couramment donné aux lapins ; ils sont très pratiques, car ils se conservent longtemps (attention tout de même à la date limite de consommation !).

Ne prévoyez pas de stock géant !
Un stock de 2 mois de granulés est suffisant. Mais tous les granulés ne se valent pas et il faut adapter la variété à votre lapin : tout juste sevré, il ne mangera pas la même chose que quand il sera un peu plus grand, adulte, vieux ou si vous lui faites faire une portée. Il est donc particulièrement important de savoir ce qu’on achète ; pour cela il faut des étiquettes bien complètes et connaître les besoins de son lapin. Il y a quatre catégories de lapins et donc de besoins en nourriture différents : les jeunes lapins (mâles ou femelles), les lapins adultes (mâles ou femelles), les femelles gestantes et les femelles allaitantes.

Les aliments végétaux
En outre, il ne faut pas perdre de vue que les granulés ne doivent pas être le seul aliment que l’on donne à son lapin : il est indispensable de lui donner du foin (d’herbe, des prés, de prairies, pas de luzerne ou autres plantes spéciales). Les longues fibres du foin sont bien plus efficaces que les fibres broyées des granulés. Les légumes et végétaux doivent également être inclus progressivement dans l’alimentation.

Avant d’aborder la composition de l’aliment, il faut savoir qu’il est important de rationner son lapin sinon il peut avoir des problèmes digestifs ou d’embonpoint et divers problèmes de santé qui y sont liés (problèmes aux pattes, aux articulations, cardiologiques, difficultés à faire leur toilette, etc.).

Donner trop de bons granulés peut être aussi nocif que d’en donner de mauvaise qualité.

Mieux vaut répartir la ration en plusieurs repas, au moins deux (un le matin et un le soir), car le lapin a un petit estomac et est fait pour manger toute la journée (c’est une de ses principales occupations, et surtout un besoin vital pour son système digestif et ses dents) ; n’oubliez donc pas le foin).

Cela évitera aussi qu’il n’engloutisse sa ration en 10 minutes et reste ensuite 24 h à attendre le prochain repas. Pour un jeune lapin qui vient d’arriver, il faut introduire les granulés tout doucement. Les deux premiers jours, il vaut mieux le laisser au foin et à l’eau et ne lui proposer que très peu de granulés (même pas une cuillère à café).

Quelles quantités donner ?
Le foin limitera les problèmes digestifs dont souffrent bien des lapins tout juste adoptés.

Lorsqu’il a commencé à manger ses granulés et que tout va bien, vous pouvez en augmenter tout doucement la ration. Au bout de 2-3 semaines, votre lapin sera bien habitué aux granulés et vous pourrez alors lui en donner une plus grande quantité pour le nourrir à volonté. Il mange énormément car il grandit très vite (il peut prendre plus de 20 g par jour).

Attention toutefois à ne pas laisser une gamelle débordante ! : donnez-lui juste un peu plus que ce qu’il mange, cela évitera le tri, le gaspillage et les granulés éventuellement souillés.

À cet âge, le lapin est très fragile, surtout s’il vient d’arriver chez vous. Une nourriture de mauvaise qualité ou mal adaptée, ou trop abondante, entraîne vite des problèmes digestifs qui peuvent le tuer en quelques heures seulement. En suivant sa courbe de poids, vous pouvez constater que petit à petit votre lapin ne prend plus autant de poids. Il approche des 5-8 mois et devient adulte.

Changez ses granulés, prenez-en de moins riches pour adultes. Faites la transition en douceur en mélangeant ses nouveaux granulés aux autres, puis augmentez le pourcentage de la nouvelle variété, sur une ou même deux semaines. Ensuite, commencez à le rationner pour éviter qu’il ne fasse du gras.

Régime alimentaire
Tout d’abord, réduisez sa ration de granulés à 30 g par kilo de lapin et par jour (donc 60 g de granulés par jour pour un lapin de 2 kilos).

Une fois adulte (vers 8 mois-1 an), il suffit de stabiliser le poids de votre lapin. Rationnez-le (avec ses granulés pour adultes) à 25 g par kilo, et même à 20 g pour les plus gros lapins.

Un lapin nain d’un kilo mangera 25 grammes, mais un gros lapin de 2 kilos pourra se contenter de 40 g de granulés par jour.

Adaptez la ration en fonction de la taille de votre lapin. S’il laisse des granulés, diminuez sa portion. Laissez-lui, bien sûr, toujours du foin à volonté. Pesez sa portion, puis utilisez un petit récipient (pot de yaourt en verre, par exemple) correspondant à sa portion journalière ou à un de ses repas.

Les ingrédients sont souvent les mêmes : luzerne, blé, orge, son, maïs, avoine ou autres céréales, tourteaux de tournesol ou soja, produits d’origine végétale (betterave par exemple).
Ne prenez jamais de granulés contenant des produits d’origine animale (graisses ou protéines) ou des ingrédients comme l’arachide, le cacao, la pomme ou le raisin ; ceux-ci peuvent être dangereux pour votre lapin (présence de flavotoxines, de pollution fongique, bactérienne ou chimique).

Compléments alimentaires
La luzerne est souvent utilisée, car elle apporte à la fois des protéines et de la cellulose indigestible. Toutefois, la luzerne étant souvent très riche en calcium et en potassium, il est impératif de la limiter pour éviter des problèmes tels que calculs urinaires ou néphrites (chez les mères).

Des granulés contenant 30 % de luzerne sont acceptables, plus de 40 % est un taux trop élevé.

Les jeunes lapins ont besoin d’un aliment riche pour bien grandir et faire leur squelette et leurs muscles.

Le lapin termine sa croissance entre l’âge de 5 et 10 mois, selon les races (les vrais nains sont adultes plus tôt que les géants).

Tant que le lapin est en croissance, on cherchera des granulés avec 16 % de protéines, 14 % de cellulose (dont 12 % de cellulose non digestible) et 3 % de lipides. Le taux de calcium peut être assez bas (0,4 %) et celui de phosphore également (0,3 %).

Attention aux granulés trop pauvres, notamment en protéines, car ils ne permettent pas une bonne croissance.

Des granulés trop riches en minéraux et/ou en cellulose (plus de 16 %), et surtout si la cellulose est broyée finement, peuvent également être dangereux d’une part parce que la teneur en protéines sera alors généralement basse et d’autre part parce que les fines particules peuvent entraîner une parésie caecale (blocage du caecum) mortelle.

Les jeunes lapins digèrent mal l’amidon des céréales ; des granulés contenant trop de céréales, surtout si elles sont broyées finement (comme le blé), causent des problèmes digestifs.

Le jeune lapin ne doit pas être rationné (sauf au tout début).

Retrouvez les conseils d’Odette Bienfait dans notre rubrique « petit élevage » dans notre magazine L’Esprit Jardin.

En savoir plus sur L'Esprit Jardin »

Réactions

Il n'y a pas encore de réaction.

Connectez-vous pour placer une réaction