MonJardin.org
Souhaitez-vous recevoir des informations personnalisées sur votre jardin?
Vous avez déjà un compte MonJardin.org? Connecter
Inscrivez-vous gratuitement !

L’adoption d’un lapin : toute une aventure !

Vue 315 fois
L'esprit Jardin par L'Esprit Jardin • 15,Fevrier 2017 Suivez L'esprit Jardin

Un autre point à mettre en évidence est l’âge de l’adoption : il vaut la peine de savoir que les lapins traversent eux aussi une phase d’enfance (durant laquelle ils apprennent les bonnes habitudes), une phase d’adolescence (4-8 mois durant lesquels ils les oublient toutes, en se comportant comme de vrais ouragans hyperactifs, creusant, rongeant et se salissant lors des sorties) et enfin une phase de maturité (surtout si on a veillé à les stériliser) qui finalement nous rendra le petit lapin doux et éduqué que nous croyions avoir perdu pour toujours.
Si nous avons peu de temps ou de patience, il vaut mieux adopter un lapin plus âgé.

Où l’acquérir ? Si vous voulez avoir un vrai lapin nain, mieux vaut vous adresser directement à un éleveur. En effet, les lapins vendus en animaleries ne sont la plupart du temps que des croisés nains. Comme ils sont vendus très jeunes, ils sont petits et risquent de vous induire en erreur.

Une fois que la décision d’adopter un lapin est prise, nous pouvons commencer à penser à ce qui est vraiment utile pour installer notre nouvel hôte dans la maison.
Même si nous avons l’intention de lui accorder une grande liberté dans la maison, le lapin a besoin d’une cage où se réfugier pour ses moments d’intimité qui doit pouvoir se fermer ; si l’animal jouit vraiment d’une grande liberté, la grandeur de la cage est suffisante s’il peut s’y étendre sans toucher le coin des besoins.

Si, par contre, il doit passer beaucoup de temps dans la cage, il est indispensable qu’elle soit assez grande pour contenir une place pour le repos, une autre pour le jeu, une pour les repas et la boisson, et enfin une pour les besoins de l’animal.

La cage doit être en métal et en matière plastique ; il faut éviter toutes les matières pouvant être rongées ou celles qui peuvent s’imprégner d’urine.

Les accessoires indispensables sont : un bol pour les repas (l’idéal est un bol en céramique ou en acier) ; un biberon ou un bol pour l’eau ; de la litière pour les déjections.
Il est important que le lapin commence à utiliser la litière AVANT de sortir de la cage. Pour éviter que la litière ne soit interprétée par le lapin comme étant un lit confortable, il est important qu’au moins une partie de la cage ait un fond confortable pour qu’il puisse s’y reposer comme, par exemple, un petit tapis.

Une fois que le nouvel arrivant s’est familiarisé avec sa nouvelle maison et avec nous, c’est alors le moment de lui accorder progressivement plus de liberté dans l’appartement.
Les premières fois, accordons au lapin de brefs moments de liberté dans un endroit limité : par exemple, une niche dans le mur fermée par un petit parc pour enfants, de manière à augmenter les chances qu’il retourne spontanément dans sa cage après quelques minutes pour faire ses besoins. Au fur et à mesure que l’habitude d’utiliser la litière se consolide, il sera possible d’augmenter le rayon d’action de notre hôte.

À ce stade pourtant, nous allons être confrontés à une autre exigence du lapin, surtout s’il n’est pas stérilisé : la nécessité de marquer son territoire. La présence de plusieurs bacs de litières éparpillés dans la maison résout le problème dans de nombreux cas en offrant au lapin des points fixes qu’il peut marquer de son odeur.
La stérilisation soit du mâle soit de la femelle est clairement d’un grand secours dans l’apprentissage d’habitudes hygiéniques correctes.

Un concept fondamental pour pouvoir laisser un lapin libre dans la maison est celui de sécuriser l’environnement et le rendre « à l’épreuve des lapins ». Câbles électriques et téléphoniques, plantes d’appartement, livres, tissus et meubles risquent tous d’être gravement endommagés, et encore plus grave, ils risquent d’être néfastes pour le lapin qui les ronge. Il est donc fondamental de déplacer tout ce qui est possible hors de portée de l’animal et de rendre inaccessible ce qui ne peut pas être déplacé. Des plaques de plexiglas ou des planches en bois naturel peuvent être appliquées contre les angles des murs pour prévenir tout rongement. Les câbles peuvent courir dans des tubes en plastique.

Réactions

Il n'y a pas encore de réaction.

Connectez-vous pour placer une réaction