MonJardin.org
Souhaitez-vous obtenir de plus amples renseignements sur votre jardin?
Vous avez déjà un compte MonJardin.org? Connecter
Inscrivez-vous, c'est gratuit! Cliquez ici

Comment aider nos arbres fruitiers à lutter efficacement contre certains insectes ?

Vue 366 fois
L'esprit Jardin par L'Esprit Jardin • 1,Mars 2016 Suivez L'esprit Jardin

Cette lutte a pour effet de tuer sans distinction les insectes du jardin et du verger : pollinisateurs, mangeurs de pucerons… Ainsi, chaque année, le problème reviendra à la même saison, pour le plus grand bonheur des marchands de pesticides.

Pucerons et autres ravageurs
La présence de nombreuses colonies de pucerons est le signe d’une vigueur excessive de la plante. La cause est habituellement un épandage trop important d’engrais contenant de l’azote (désigné par la lettre N (Nitrate) sur les emballages). L’azote déséquilibre la sève et la rend ainsi particulièrement appétante pour les pucerons.

Grâce aux apports d’azote, une plante pousse plus vite, mais elle devient également plus vulnérable… Si cela vaut pour les légumes du potager, c’est à prendre d’autant plus au sérieux en ce qui concerne les arbres et particulièrement, les jeunes arbres qui pourront être durablement fragilisés. Évitons donc l’excès d’engrais et respectons les doses conseillées par les fabricants.

Ayant maintenant appris comment éviter que les pucerons n’apparaissent, voyons les parades lorsqu’ils sont déjà dans vos arbres et arbustes. D’autres insectes peuvent également causer d’importants dégâts à nos arbres, tels que : les tordeuses, les acariens, les cochenilles, certaines punaises. Il faut alors agir, mais toujours en douceur.
Deux moyens de lutte s’offrent à nous : les insectes auxiliaires et les pulvérisations « écologiques ».

Le mieux est de créer un milieu favorable, équilibré ; un biotope en quelque sorte, où la faune et la flore trouvent leur place. C’est pourquoi il faut privilégier les insectes auxiliaires, ceux-là mêmes qui se nourrissent de nos problèmes. On pense aux coccinelles, bien sûr, dont la larve mange de grandes quantités de pucerons, mais il y a également les chrysopes, les perce-oreilles. Les premiers peuvent s’acheter, mais tous viendront occuper leur place gracieusement au verger à la condition d’y trouver un refuge accueillant. Cette fonction peut être remplie par des installations, des plantations ou des semis.

Les installations peuvent être très sommaires : de petits monticules de branches, des bûches percées à la foreuse et posées dans des zones non fauchées. Ils constitueront des îlots de paix au sein de votre verger. Le commerce propose des hôtels à insectes en forme de chalet, qui sont peut-être plus beaux, mais n’en sont pas pour autant plus accueillants pour les insectes, qui d’ailleurs ne partagent que rarement notre sens de l’esthétique…

Des arbustes hôtes peuvent être plantés à proximité des arbres fruitiers, dans la haie entourant le verger. Quand il s’agit de grands vergers, des îlots d’arbustes seront plantés par-ci par-là, créant ainsi un maillage de refuges. L’essentiel est de favoriser la présence des insectes sur l’ensemble du terrain à protéger.

Quels arbustes fidéliseront ces insectes ?
D’abord, il faut planter des végétaux qui poussent dans nos contrées, car ils sont naturellement visités par les insectes auxiliaires qui nous intéressent, alors que les végétaux « exotiques » sont généralement délaissés, car inconnus de notre faune.

Voici quelques espèces de taille modeste et très favorables : le buis, le cornouiller sanguin, le noisetier, le sureau noir (à tailler sévèrement afin qu’il reste de petites dimensions) et le lierre comme couvre-sol qui, avec sa floraison tardive, accueille beaucoup de monde.

Afin de compléter ces plantations, vous pouvez ajouter des bandes ou îlots fleuris. La phacélie (Phacelia tanacetifolia) est parmi les fleurs les plus intéressantes, car elle attire de très nombreux insectes : elle est mellifère, c’est un engrais vert remarquable et, élément non négligeable, elle est de toute beauté. Ensuite, la menthe poivrée constitue un choix judicieux. Elle doit toutefois être contenue en place, car c’est une sacrée vagabonde. L’achillée mille-feuille, la tanaisie, le sarrasin, le cosmos et le pissenlit sont également à citer. Toutes ces plantes embelliront votre jardin fruitier ou verger, tout en accueillant de nombreux visiteurs, des punaises prédatrices, des coccinelles, des syrphes, des acariens prédateurs…

La pulvérisation peut être envisagée en dernier ressort, car avant que notre verger ne devienne un lieu en équilibre, il se passe souvent plusieurs saisons et, en attendant, il nous faut trouver des solutions douces qui permettent de freiner les insectes nuisibles tout en préservant nos insectes collaborateurs.

Pour approfondir : J.-P. THOREZ, Pucerons, mildiou, limaces…, Éd. Terre vivante, Mens, 2009 et E. PETIOT, Les soins naturels aux arbres,
Éd. de Terran, Aspet, 2008.


Retrouvez les conseils de Luc Koedinger dans notre magazine L’Esprit Jardin.

En savoir plus sur L'Esprit Jardin »

Réactions

Il n'y a pas encore de réaction.

Connectez-vous pour placer une réaction